Panpan, bavardages extrastratosphériques

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

jeudi 28 août 2008

jardin extérieur

Lire la suite

jeudi 7 août 2008

arriver en reconnaissance

il a fallut d'un pet pour cribler la nappe. C'est la neige sèche tombante sur une flaque en début d'hivers.
Le savon liquide part en solides paillettes et l'air jaillit à la surface, calme malgré cela. La température aqueuse avoisine les trente degrés. C'est ce que j'appelle un bon bain chaud. Nous sommes en Août.
Mon visage propre a été passé au gant, exception faite de mes oreilles, comme dans ce Chaplin musicien. Sans mes lunettes, mon visage crispé essuye les passages et les roulements manuels. Se laver, m'a préparé à revenir à ce que j'aime.
— t'es frappading. Je suis nu plein d'amour sans oripeau, cerque trempé sous l'eau de la baignoire. Plus d'une heure mouillée je rêve de Notre-Dame.
[...] Or les baignoires n'existant pas chez Mignon, on le trempait dans une lessiveuse. Aujourd'hui ou un autre jour, mais il me semble que c'est aujourd'hui, pendant qu'il dormait, dans son rêve il est entré dans une lessiveuse. S'analyser, lui-même ne sait pas et ne songe pas à le faire, mais il est sensible aux roueries du sort, comme aux trucs du théâtre de la peur. Quand Divine répond : « Je joue à être la lessiveuse » (Elle eût pu dire : Je fais la locomotive.)

Je bégaye encore notre cap. Aujourd'hui rassemble ce qui nous ressemble.